DIY Event

Le secteur du jardinage et de l’animalerie passe à la vitesse supérieure avec la datapool GS1

Les distributeurs du secteur du jardinage et de l’animalerie souhaitent passer plus rapidement au partage automatisé et structuré des données produits. Ils appellent les fournisseurs à introduire toutes leurs données produits dans la GS1 datapool pour le 31 décembre 2023. Les distributeurs qui ne sont pas encore live actuellement pourront ainsi également recevoir les données via GS1. Durant une réunion d’information qui a rassemblé de nombreuses personnes, les distributeurs et les fournisseurs ont expliqué pourquoi la datapool est essentielle et comment les fournisseurs peuvent se mettre à la tâche. Ce qu’il faut retenir : ne voyez pas trop grand et commencez dès que possible.

Qu’est-ce qui est primordial ? Un produit qui se trouve dans le rayon d’une jardinerie ou d’un magasin pour animaux ou alors les informations produits digitales de ce même produit ? La réponse à cette question n'est plus aussi évidente qu’il y a un an. « Mon âme de commerçant répondrait que c'est le produit. Mieux vaut une bonne vente mal organisée que le contraire », répond Peter Paul Kleinbussink, directeur général d’Intratuin. « Mais ce principe n’est plus vrai aujourd'hui. Les données produits sont indispensables à travers toute la chaîne. Les données produits sont une ‘license to operate’.

DIY Event

GS1 datapool : mieux, plus rapide et plus efficace

Lex van Ewijk adhère à ce qui a été dit ci-dessus. « Les données produits sont extrêmement importantes, par exemple en matière de référencement en ligne », nous dit le directeur de GRS Inkoop & Services, un prestataire de services pour 150 jardineries néerlandaises et belges. « Avant d’acheter, le client a déjà effectué ses recherches en ligne. Où le produit est-il disponible ? Quelles sont ses caractéristiques ? Des données produits de qualité nous permettent d’augmenter considérablement les chances de vente. Sans oublier que les données sont également importantes notamment pour les systèmes de caisse et le rayonnage en magasin physique. Ici encore les données boostent la vente ».

Intratuin et GRS, au nom des autres distributeurs du secteur du jardinage et de l’animalerie, invitent tous les fournisseurs à urgemment passer à la GS1 datapool pour partager leurs données produits. À l’heure actuelle, cela se fait principalement via des fichiers Excel, mais ceux-ci sont différents pour chaque distributeur. Remplir ces fichiers est chronophage et source d’erreurs. Les fournisseurs qui migrent vers la datapool voient tant leur efficacité que la qualité de leurs données augmenter. « Et le délai de commercialisation est également meilleur. Si les données produits sont plus rapidement disponibles, les nouveaux produits apparaissent plus tôt dans l'assortiment des distributeurs. Il en va ici aussi de l’intérêt des fournisseurs », insiste Gert van Ginkel, directeur opérationnel de Pokon Naturado.

Un datamodel pour plus de 2.000 groupes de produits

Ces dernières années, de nombreux efforts ont été réalisés en vue d’adapter la GS1 datapool aux besoins du secteur du jardinage et de l’animalerie. Il résulte de ces efforts un datamodel au sein duquel une distinction est faite entre presque 2.000 groupes de produits, allant de la nourriture pour chien aux tondeuses, en passant par les sapins de Noël artificiels. Les distributeurs souhaitent que les fournisseurs introduisent les données produits des unités consommateur dans la datapool, mais également celles des unités commerciales (suremballages). Par ailleurs, au minimum une image produit est nécessaire, surtout si le produit est vendu en ligne.

Outre une série de champs qui s’appliquent à tous les produits, tels que le code produit (GTIN) et le nom de la marque, la plupart des champs sont destinés à des informations commerciales, comme des données qui aident les consommateurs à trouver et choisir le bon produit en ligne. Les prix d’achat ne sont pas concernés ici. « C’était initialement le but, mais reprendre ces informations dans une datapool centralisée semble être délicat. C’est la raison pour laquelle nous avons conçu la fiche de prix GS1. Il s’agit d’une fiche qui reprend les informations de prix que les fournisseurs peuvent envoyer aux distributeurs par e-mail. Il s’agit encore une fois d’un fichier Excel, mais sous la forme d’un modèle fixe », explique Marco van der Lee, sectormanager bricolage, jardinage et animalerie chez GS1 Nederland.

Commencez petit, avec l’interface Web GS1

Plusieurs options s’offrent aux fournisseurs afin de publier des données dans la GS1 datapool. Ils peuvent mettre en place un système PIM (product information management) pour gérer l’ensemble des données et les publier automatiquement dans la datapool. Ou alors, ils peuvent établir eux-mêmes une connexion entre leur propre système informatique et la datapool. GS1 dispose en outre d’une interface Web qui permet d’introduire ou de charger manuellement les données produits.

Avec un portefeuille de plus de 20.000 articles, Edelman est loin d’être un petit fournisseur. Et pourtant, ils ont décidé de commencer avec l’interface Web de GS1. « Il y a deux ans, nous avons ensemble introduit manuellement les premiers produits, un par un. Il s’agissait de la meilleure manière de fonctionner pour appréhender le travail et pour découvrir les étapes nécessaires en vue de collecter les bonnes données produits », explique Dorien Veelenturf, teamleader productdata chez Edelman. Elle bénéficie du soutien de Lisa Verhiest, productdata-specialist chez Edelman. « Les informations et tutoriels disponibles sur le site Internet de GS1 nous ont grandement aidés. Encore un petit conseil : commencez par un seul groupe de produits, et pas avec tous les groupes de produits en même temps ».

Gain de temps de 90%

L’expérience du fabricant d’éclairage Signify le confirme, le partage des données produits via la GS1 datapool renforce l’efficacité du travail. Il n’y a pas si longtemps encore, l’entreprise devait consacrer 18 jours de travail pour partager les nouveaux product assets ou ceux ayant été modifiés, tels que les images, avec tous les distributeurs. « Depuis que nous sommes connectés à la datapool, cela ne nous prend plus que 5 jours. Et si nous optons pour le chargement d’un gros volume en une fois, on peut même descendre à 2 jours. Cela représente un gain de temps de 90% », déclare Simone Boeve, marketing data et content manager chez Signify.

Les distributeurs attendent des fournisseurs qu’ils s’attaquent aux données produits rapidement, mais les fournisseurs sont également en droit d’attendre quelque chose de la part des distributeurs. « Les distributeurs ont jusqu’au 31 décembre 2023 au plus tard pour demander de fournir les données produits via Excel. Après cette date, les distributeurs devront aller chercher les données dans la GS1 datapool. Cela veut dire que les fournisseurs seront prochainement débarrassés de tous ces fichiers Excel différents. Il n’y aura plus qu’une seule source de données produits, de sorte que chaque distributeur pourra disposer des mêmes données », explique Marco Van der Lee. « Investir conjointement dans les données produits est dans l’intérêt de tous, que ce soit en matière de temps ou de chiffre d’affaires. La standardisation et la collaboration en chaîne sont essentielles », nous dit Marc Luning, manager commercial de Tuinbranche Nederland.

« N’attendez pas, commencez dès demain »

Le secteur a donc fixé le 31 décembre 2023 comme délai. Cela peut sembler loin, mais les fournisseurs auront bien besoin de tout ce temps pour être prêts dans les délais. « N’attendez pas, commencez dès demain », c'est ce que recommande Gert Van Ginkel. « Car il s’agit là d’un sacré boulot à abattre. Il faut en premier lieu convaincre la direction de l’importance des données, de sorte qu’elle débloque les bons moyens techniques et opérationnels. Et puis, il faudra se battre pour obtenir les données correctes auprès des différents détenteurs de données au sein de l’entreprise. Chez Pokon Naturado, nous avons mis en place un département consacré aux données produits, mais d’autres départements doivent consacrer du temps afin de communiquer les données ».

Kleinbussink insiste encore une fois sur l’importance des données produits. « Notre secteur s'est développé en misant sur l’émotion procurée par de beaux produits disponibles dans de jolis parfums et couleurs. Cela demeure certes important, mais les données produits le sont encore plus. Non seulement pour les processus logistiques, mais également pour l’expérience client via nos canaux en ligne et hors ligne. Et nous aimerions en outre pouvoir effectuer davantage d’analyses. L’émotion doit absolument rester, mais nous devons nous concentrer chaque jour un peu plus sur les données ». Lex Van Ewijk appelle les fournisseurs et les distributeurs à collaborer. « J’espère que les fournisseurs ne pensent pas que nous les distributeurs les forçons à agir. L’utilisation de la GS1 datapool est bénéfique pour l’ensemble des intervenants ».

Blog
27/09/2022
Bricolage, Jardinage & Animalerie
Partager cette page:
Blog
27/09/2022
Bricolage, Jardinage & Animalerie
Partager cette page: